Je suis personnellement peu convaincu par les critiques d’œuvres artistiques car elles cherchent à donner un sens à des œuvres. Mon avis sur l’art est que l’interprétation d’une œuvre doit être avant tout une démarche personnelle et qu’elle ne doit pas être influencé par des analyses mêmes faites par des professionnels de l’art.

Mais plutôt que de critiquer des analyses d’œuvres existante, je vais réaliser une analyse d’une collection de cinq œuvres que j’ai moi mêmes réalisés. Cette critique montrera bien, enfin j’espère, l’absurdité de certains propos en matière d’interprétation artistique.

 

Collection « Flower & Buterfly » P.LONDON, 2015

 

Analyse des grandes lignes directrices :

 

- La fleur de couleur bleue symbolise l’imaginaire (car cette couleur n’est que très peu présente dans la nature).

 

- Le papillon (situé toujours à proximité de la fleur) est un guide spirituel pour entrer dans ce monde imaginaire.

 

- Le fond blanc (ou noir) sur carton montre le coté éphémère de ce monde, et symbolise également le coté fragile de la barrière entre les deux monde (monde réel et imaginaire) et les marges négligés laisse suggérer l’état de mystère dans lequel se trouve ce monde

 

 

Analyses par œuvres :

 

Tableau 1 : « Silhouette de papillon se découpant sur fond d’éléments graphiques »

 

Le monde réel est représenté par ce qui est précis, concret, droit (les éléments géométriques) l’absence du papillon montre qu’il a fui ce monde.

L’absence de marge montre que l’on n’a pas encore quitté le réel (monde encore sans mystère)

11198585_1572655069690489_509894478_nLe papillon fuit un monde trop terre a terre ou il n’a pas sa place et t’emmène avec lui dans une autre réalité.

 

 

Tableau 2 : « Papillon autour d’une première fleur »

 

Première découverte du monde de l’imaginaire, ce que le papillon considère comme un rêve, comme un idéal (la fleur) mais qui peut prendre toute les formes en fonction de celui qui est en face.

Les marges floues sont présentes, on arrive donc dans un monde plein de mystère

Pourtant, la fleur est encore trop régulière, mathématique. Le papillon ne nous a pas conduit assez loin mais l’imaginaire arrive au fur et a mesure.

11216024_1572655143023815_1213605521_n

 

 

 

 

Tableau 3 : « Six papillons dansant autours d’une fleur multicolore »

 

Les  papillons ont enfin trouvés leur place dans ce monde et s’amusent autour des fleurs

La tournure presque enfantine du dessin permet à tout le monde de s’identifier. La présence de toutes les couleurs peut même permettre d’être attiré par le jeu des papillons et vouloir les y rejoindre.

Capture d’écran 2015-05-03 à 21

 

 

 

 

 

 

Tableau 4 : « Papillon autour d’une deuxième fleur »

 

Nouvelle découverte d’un idéal (la fleur pour le papillon). Celle ci est différente de la première car elle n’a plus rien d’une fleur réelle (que ce soit par sa forme, ou même sa couleur).

Sa présence permet un certain éveil à la contemplation et à la curiosité (on a envie d’aller découvrir encore plus loin).11198826_1572655129690483_1720716919_n

 

 

 

 

 

 

 

Tableau 5 : « Papillon accompagnant des fleurs volant au vent »

 

Les fleurs se détachent et reprennent des couleurs « classiques ». Elles redeviennent réelles mais en restant ce qu’elles sont, un rêve qui dépend de la personne qui les regarde. Le papillon, lui, décide de les guider et de les accompagner pour qu’elles rejoignent le monde réel, afin d’égailler les vies de ceux qui y vivent et de leurs donner un espoir dans un monde sans rêve.

 

Capture d’écran 2015-05-03 à 21

 

En conclusion :

En se baladant avec le papillon au fur et a mesure des tableaux, on prend une pause dans les problèmes de notre vie, on laisse aller notre imaginaire pour continuer a espérer, a croire en nos rêves et à ne pas baisser les bras.

C’est a mon sens ce que ces analyses d’art empêche. Les pistes de réflexion qu’elles nous apportent pour comprendre orientent en faite notre imagination sur certain chemin au lieu de laisser aller librement notre imagination et nos émotions face de l’œuvre.